Une femme-flic séduite par sa suspecte.

vt92486.jpgRachel, jeune et jolie stagiaire de la police, vient à peine d’intégrer l’équipe de Toulouse qu’elle se voit confier sa première mission. Après la déposition d’une jeune fille de bonne famille, étudiante dans une prestigieuse faculté, qui prétend être victime de harcèlement et avoir été abusée sexuellement par une autre femme, voilà la ravissante policière lancée à corps perdu dans une aventure tumultueuse. En effet, afin de mener l’enquête, Rachel est chargée d’infiltrer une faculté où elle se fait passer pour une étudiante.

Rachel va approcher la principale suspecte, la mystérieuse et inquiétante Christine, une rebelle affichant avec insolence son look androgyne et une beauté ambiguë, et tenter de s’en faire une amie pour mieux gagner sa confiance. Un jeux terriblement dangereux alors que Christine ne dissimule en rien son homosexualité et son intérêt pour la jeune femme. Mais, insouciante et excédée que l’on ne la prenne jamais au sérieux, enflammée par sa première mission où elle travaille en solitaire malgré la présence de son fiancé, lieutenant de la PJ, qui la suit à distance pour assurer sa sécurité, la jeune promue des forces de l’ordre va mener un combat au corps au corps des plus torrides et des plus intimes avec Christine, menant une lutte acharnée pour préserver son innocence et ses valeurs hétérosexuelles. Contre toute attente, alors qu’elle est reine des arts martiaux, experte en combat à mains nues, donc de taille à se défendre, Aurore va se laisser maîtriser et dominer par la volcanique Christine. Un duel qu’elle aurait dû facilement emporter… Mais avait-elle réellement envie de lui résister ? Alors qu’elle ne s’est jamais sentie attirée par les femmes, Rachel ne s’est- elle pas laisser piégée par les affres d’un désir interdit ? Mystère de l’attraction fatale, des alchimies improbables, celles du fruit défendu et des étreintes voluptueuses entre femmes, celles qui vous fait basculer avec délice de l’autre côté…

Rachel va perdre pied, lui cédant tout, au-delà de la raison et de toute pudeur, emportée par une passion trop tumultueuse pour y résister, une descente dans la débauche et, pourquoi pas, dans l’amour tout simplement.

Rachel est consciencieuse et respectueuse de la hiérarchie, idéaliste et fleur bleue, un peu trop émotive, cherchant à basculer son image de jeune fille trop douce et gentille en devenant une experte des arts martiaux. Sa jeunesse et sa fraîcheur correspondent au profil idéal de l’étudiante insouciante, un rôle sur mesure qui lui permet de rester insoupçonnable dans ce genre d’infiltration.

Avec son joli minois, 1926.jpg

ses formes affolantes, sa joie et sa vivacité resplendissante, elle va vite attirer l’attention de Christine, cherchant à la provoquer pour voir jusqu’où celle-ci est prête à aller pour la séduire.

 Et surtout, blessée dans son orgueil par son fiancé qui la dévalorise et la juge trop prudente et prévisible, prendra des risques inconsidérés pour lui démontrer le contraire. Une audace qui va lui coûter cher, dont l’issue sera aussi irrémédiable que fatale.

Christine est une jeune femme rebelle et cynique, sensuelle et décomplexée, qui ne vit que pour ses passions et ses pulsions qu’elle croque à pleine dents sans aucune barrière.

Cheveux très courts à la garçonne, allure décontractée avec piercings et tatouage, rejetant la mode et le maquillage, elle est  nature et spontanée, impulsive et passionnée, l’incarnation parfaite de la révoltée marginale qui rejette la conformité et la bienséance.

 EXTRAIT :

Christine l’avait maîtrisée, la bloquant sur le dos, mais c’était là une prise qu’elle pouvait tout à fait retourner à son avantage. Pourtant, elle s’en sentait incapable…

 vt147002.jpg

Comme si son cerveau était tétanisé, aucun réflexe ne lui revenait. Aucune énergie, elle n’avait plus rien… Sauf une insidieuse envie de se laisser aller, de s’abandonner, d’être un instrument de plaisir totalement docile. Elle ne comprenait pas. Comme si le désir ardent de cette femme lui communiquait toute sa flamme, un poison fatal qui charriait dans ses veines un autre sang plus bouillonnant et diffus, une traître faiblesse qui l’envahissait, la possédait, endormant tout esprit de combativité. Pour la forme, elle réagissait, se tordait, suppliait,

 vt70660.jpg

mais sans cette volonté de prendre le dessus en un tour de main. Elle n’avait plus de force et de volonté, se laissant retourner sur le dos où la bouche, la langue et les mains de Christine parcouraient son corps avec une sauvagerie endiablée, multipliant les caresses avec une ardeur accrue. Elle savait s’y prendre pour la désorienter, ne lui laissant aucun répit, cherchant à tout prix à dominer Rachel

 vt72323.jpg

qui résistait malgré tout par des bonds et des gémissements. Cette dernière refusait de lui rendre ses baisers ce qui avait le don d’exciter Christine. Elle appuyait de tout son poids pour l’empêcher de s’échapper tandis qu’elle la dévorait de la tête aux pieds,

 vt73349.jpg

 tantôt avec volupté ou sauvagerie,

 vt73911.jpg

se délectant comme une affamée de chaque parcelle de sa peau. Jamais personne ne s’était jeter sur elle avec une telle envie furieuse, la déshabillant lentement

 vt82307.jpg

et savourant goulûment chaque partie du corps qu’elle dévoilait. Ses coups de langue étaient comme des ondes électriques, brûlant sa peau,

 vt81805.jpg

finissant d’enflammer ses sens. Christine s’attarda sur ses seins, amusée et excitée de les sentir si sensibles,

 vt832921.jpg

 taquinant les pointes qui ne cessaient de se dresser. Elle sentait sa respiration s’accélérer. Et, enfin, avec un râle d’abandon, Rachel finit par ne plus protester. Se sentir si fragile, si vulnérable, comme un jouet docile prêt à se laisser plier à tous les caprices d’une lesbienne déchaînée, agissait comme un puissant aphrodisiaque. Elle se laissa donc aller totalement à cette multitude de sensations que cette passivité imposée lui procurait.

 vt84012.jpg

L’attrait de l’abandon, d’être esclave, faible et soumise, de ne rien contrôler, offerte aux envies de sa partenaire. Tout donner. Christine était réellement une amante expérimentée, elle savait exactement où étaient les zones érogènes de sa jeune maîtresse, son corps n’aurait bientôt plus aucun secret pour elle, se livrant corps et âme. Maintenant que Rachel ne lui résistait plus, elle ne souhaitait pas aller trop vite, voulait l’entendre gémir de plaisir au fur et à mesure qu’elle faisait monter la température de plusieurs degrés. Elle se mit sur sa compagne, lui plaça une jambe entre les sienne en l’embrassant sur le cou avec une sensualité diabolique.

 vt85944.jpg

 Puis, avec une souplesse de féline, elle commença à bouger d’abord lentement, se frottant au plus prés, vt82946.jpg

 puis accélérant petit à petit la cadence. Une fois qu’elle sentit Rachel sur le point de jouir, elle arrêta tout mouvement. Cette dernière cria de frustration, abasourdie et tremblante, n’opposant aucune protestation quand, aussitôt, Christine la changea de position, se régalant de lui dévorer le dos,

vt85409.jpg 

les fesses, et glissant dans ses parties plus intimes, ce qu’elle avait toujours refusé à Julien parce qu’il ne savait pas s’y prendre. Christine se montra experte et insatiable. Elle glissait sa langue au plus loin,

 vt86512.jpg

appuyant sur l’orifice anal ou s’acharnant sur le vagin trempé, selon ses envies. Bientôt elle sentit le corps de Rachel se tendre comme un arc. Celle-ci poussa un long cri déchirant, levant les fesses pour les appuyer sur la bouche active, accentuant la finesse de sa cambrure en se trémoussant comme une démente,

 vt87275.jpg

 déjà emportée par un deuxième orgasme qui allait se monter encore plus violent et dévastateur.

 vt87537.jpg

Mais, encore une fois, la caresse cessa. Rachel poussa un long râle de bête blessée. Elle était si impatiente de connaître d’autres voluptés que son corps vibrait et se tordait, appelant les caresses, ce qu’elle fît seule pour maintenir la magie, cette tension érotique qui la grisait et l’emportait sur des chemins inconnus. Jamais elle n’avait connu un tel plaisir. Jamais elle n’avait été en parfaite osmose avec son corps et ses sens, et enfin elle se découvrait, en parfaite communion avec sa sexualité. Parcourant son corps d’elle-même, elle vibrait d’impatience, persuadée que son amante se déshabillait derrière elle. En effet, c’est ce qu’elle fît, mais c’est entièrement nue qu’elle se dépêcha ensuite d’ajuster autour de sa taille un gode-ceinture.

vt91956.jpg

Rachel s’en rendit compte trop tard, lorsque Christine se coucha sur elle, guidant l’extrémité du gode entre ses fesses. Elle poussa un cri de surprise…

 Totalité de l’histoire sur le nouveau site crée avec Nicky Gloria : http://divineinnocente.onlc.fr/

sous le titre Séduction Fatale.

A vous de partager cet instant unique…

ImageChef Custom Images

ImageChef Custom Images

  

Une Réponse à “Une femme-flic séduite par sa suspecte.”

  1. yvou dit :

    Bonjour,
    J’adore tes textes, ils m’offrent de fortes sensations que j’apprécie énormément, merci

Laisser un commentaire