OCEANE

photos2012autocollage7images131.jpgDeux femmes-flics se retrouvent malgré elles coéquipières sur une même affaire. Les deux femmes, de caractère radicalement opposé, n’ont rien en commun pour s’entendre. Océane est une femme prudente et stressée, sérieuse et presque pudique, menant une vie rangée auprès de son fiancé, tandis que Vanessa est incontrôlable, délurée et exhibitionniste, assumant fièrement sa bisexualité et ses pratiques échangistes. Pourtant, elles finissent vite par s’apprécier, se complètent, et démontrent leur amitié avec efficacité dans toutes leurs missions. Une amitié mise à rude épreuve lorsqu’une enquête particulière va mettre à jour une énorme corruption dans les hauts rangs de la police. Une affaire de mœurs aux confins du plaisir et de l’interdit qui va vite les dépasser. L’assassinat d’un comptable qu’elles étaient chargées de protéger va toute faire chavirer. En effet, accusées à tort de meurtre, lâchées par leur hiérarchie, elles vont s’approcher dangereusement des sphères du pouvoir et, poussées à prendre tous les risques pour prouver leur innocence, elles vont tenter de piéger la femme du préfet de police, bisexuelle dissolue et dominatrice. C’est évidemment Vanessa qui va s’improviser la proie facile pour cette femme tandis que sa partenaire prendra en cachette des photos compromettantes. Ainsi, souhaitant exercer sur elle un odieux chantage pour soutirer des informations sur son mari, elles pensent l’affaire conclue d’avance. Hélas, rien ne se passera comme prévu et, prises à leur propre piège, les deux policières devront improviser et payer de leur personne bien au-delà de leur imagination. Un scénario tortueux dans lequel elles vont s’engluer, un mensonge qui va les perdre, les poussant dans les bras l’une de l’autre dans une triste comédie qui, d’abord timide et maladroite, va se transformer peu à peu en passion aussi inattendue que violente. Car si Océane ignore les plaisirs de Lesbos et refuse de s’y brûler, Vanessa est incapable de faire semblant et refouler ses pulsions alors que la femme du préfet les oblige à coucher ensemble. C’est un dénouement frénétique et tragique qui va les transporter dans un trio lesbien d’une violence inouïe, un magma brûlant de plaisirs exacerbés et de fureur destructrice, où la chaste et candide Océane va révéler un tempérament insatiable. Et transformera à jamais sa vie sexuelle…

Deux gangsters psychotiques entreprennent de faire un casse qui tourne mal et s’achève dans un bain de violence. Une jeune et jolie femme-flic, Océane, débutante et aussi maladroite, intervient sur les lieux, chaperonné par un vieux flic retors qui lui apprend les ficelles du métier. Durant la fusillade, malgré sa peur, elle obéit au doigt et à l’œil à son partenaire et mentor qui, malgré le danger de la situation, cherche aussi à la protéger. Au point de se sacrifier et prendre à sa place plusieurs balles dans le ventre alors qu’elle hésitait à tirer. L’assassin arrive à s’enfuir mais l’autre est abattu dans le dos par Océane qui, au dernier moment, sort de sa peur panique et réagit sans réfléchir. Traumatisée par cet horrible dénouement, son chef applique le règlement et lui soumet plusieurs séances chez le psychiatre du service avant de lui imposer une semaine de repos. Le deuil ne sera pas de très longue durée car Océane, reprenant à peine son service, est convoqué chez son chef qui lui présente ainsi sa nouvelle partenaire, Vanessa. Là où Océane est plutôt gentiment classique pour les besoins du travail,

 OCEANE dans OCEANE  tb02.jpeg             tb22.jpeg

tenue sport ou décontractée, même si tous ces vêtements ne peuvent dissimuler un corps admirablement proportionné, Vanessa porte des robes moulantes et très courtes, extrêmement sexy et provocante.

  Infiltration dans OCEANE        Manipulation lesbienne  lc01.jpeg

Leur collaboration se montre au départ froide et méfiante, où chacune s’épie avec réticence, d’un regard aussi critique que désapprobateur. Leur caractère est aussi opposé que leur méthode de travail. Si Vanessa est plutôt une version féminine de l’Inspecteur Harry – comme en témoigne la taille de son autre arme de service qu’elle cache illégalement –

  Récits lesbiens  lc081.jpeg

elle est du genre fonceuse, grande gueule, impétueuse, n’en faisant qu’à sa tête et n’obéissant à aucune hiérarchie. C’est d’ailleurs pour ce côté tête brûlée et incontrôlable que son ancien supérieure hiérarchique, las de ses excès, l’a muté dans une autre brigade, appuyant sa demande d’une recommandation importante : la nécessité de mettre Vanessa en binôme avec un ou une partenaire calme et patient. D’où leur fraîche collaboration. Un tandem de charme et de choc qui peu à peu va fonctionner à merveille, chacune appréciant les qualités et les valeurs de l’autre, un respect mutuel qui va se souder définitivement lorsque Vanessa, bravant l’autorité et enquêtant en marge de sa profession, traque le responsable du meurtre de l’ancien partenaire d’Océane. Une confrontation qui va s’achever dans le sang, où Vanessa sera légèrement blessée. Reconnaissante, Océane va la couvrir, masquant la mort du gangster par un règlement de compte entre trafiquants de drogue rivaux, et amenant Vanessa chez elle pour la soigner. A partir de ce jour, leur amitié sera exclusive et indestructible, chacune étant prête à tout donner pour l’autre. Elles se verront donc en dehors de leur travail, apprenant à connaître mutuellement leur vie privée. Un matin, venant chercher Océane à son domicile, se coéquipière la trouve en petite tenue dans le jardin

    tb211.jpeg

et reste estomaquée devant la plastique parfaite de celle-ci, le lui prouvant par des compliments sincères et des regards admiratifs. Mais Océane reste indifférente, rêveuse et perdue dans ses pensées.

   tb201.jpeg

Elle n’aime pas mettre en valeur des qualités physiques alors qu’elle ne se sent pas bien dans sa peau, limite complexée, et que la beauté peut au contraire desservir sa carrière. Elle ne veut pas être le faire-valoir ou la potiche de service que l’on apprécie exclusivement pour ses atouts féminins, une ligne de conduite qu’elle s’emploie à appliquer à la lettre. Vanessa, au contraire, trouve cela dommage, affirmant à son amie qu’elle n’a jamais rencontré une femme aussi belle qui se soucie aussi peu de sa beauté, ce qui demeure un vrai gâchis. Plus tard, Vanessa fera aussi la connaissance de Julien, le fiancé d’Océane, un artiste peintre sincère, aimant et drôle, dont le défaut majeur est d’être détaché de toute considération matérielle. Rêveur, un rien bohème, il se repose un peu trop sur sa fiancée. Océane s’emploie à être une fiancée parfaite, mais un jour, elle avoue à son amie qu’elle commence à se lasser de tout assumer. Quand Vanessa la pousse plus loin dans ses confidences, prenant un air aussi gouailleur que détaché pour connaître leur vie sexuelle, Océane finit par reconnaître qu’elle redoute un peu leurs relations sexuelles, assumant platement le rôle d’aimante docile, effacée et craintive, sans imagination. Un état déplorable qu’elle met sur le compte de la lassitude de leur bref rapport, et qu’elle ne veut sans doute pas tout assumer jusqu’au lit. Quand ce sujet intime passe à Vanessa, celle-ci avoue avec un peu trop de jovialité et de fanfaronnade qu’elle a une vie sexuelle très libre et variée, se considérant comme une jouisseuse effrénée dans une société de consommation abusive mais si éphémère. Ainsi, estimant la vie trop brève et fragile, elle consomme à sa façon et pour son seul plaisir les hommes et les femmes qu’elle croise aux heures et aux lieux qui lui conviennent, que ce soit dans des clubs échangistes ou non. Cela est en parfaite harmonie avec sa vision des choses, un rejet de toutes règles imposées, un refus d’une société bien pensante, de toutes les institutions religieuses et capitalistes du pays. Confuse et horriblement gênée par ces confidences, Océane reste aussi choquée que sceptique, ne sachant plus trop croire avec cette sale habitude qu’à son amie d’en faire trop. Aussi, pour briser ses incertitudes, Vanessa décide de l’entraîner dans une virée nocturne et sensuelle, en pleine fête échangiste, où Vanessa a en effet ses entrées. Comme d’habitude extravagante, vêtue en reine avec des couleurs d’un rouge vif, elle fait sensation. Océane, au contraire, désobéissant aux conseils de son amie qui souhaitait qu’elle se lâche un peu par une tenue osée, joue la carte de la jeune écolière un peu garçonne, tailleur strict, chemise et cravate, ce qui accentue malgré elle son côté femme-enfant terriblement prude et excitante, la biche aux abois si innocente lâchée en milieu hostile. Océane affronte donc là un milieu qui lui est totalement inconnu, magique et virevoltant, éblouissant et surprenant, où chacun donne libre cours à ses envies et ses fantasmes sans la moindre retenue. Tout autour d’elle, ce n’est que bruit et volupté, une confusion des genres aussi hypnotique que captivante. Les décors sont somptueux, aussi variés que divers, passant du glamour, rustique ou baroque selon les endroits. Les éléments inexplicables s’enchaînent rapidement, elle ressent une ambiance au mieux onirique, au pire angoissante, entre fascination et répulsion. Elle découvre ainsi le côté exhibitionniste de son amie qui livre à toute une assemblée fiévreuse un show érotique des plus troublants, un strip-tease d’une époustouflante beauté. C’est, à l’image de sa tenue à la «  Marie-Antoinette  », la reine de la soirée,

           lk02.jpeg        lk006.jpeg       lk08.jpeg      lk009.jpeg

dans toute sa splendeur. Nue, elle présente Océane à l’assemblée, une novice timide qui, pour sa première, va aussi effectuer un strip-tease, avec les encouragements d’un public déjà conquis. Rouge comme une pivoine, Océane refuse mais, devant l’insistance, se retrouve coincée dans une autre pièce et entreprend alors de se déshabiller maladroitement sous les applaudissement d’une assemblée fascinée.

        tb021.jpeg                        tb03.jpeg

Etrangement, durant quelques minutes, Océane se prend au jeu, libre, belle et audacieuse comme jamais elle ne l’a été. Espiègle, elle joue avec sa cravate tout en faisant durer le plaisir en dévoilant peu à peu ses splendides seins.

        tb009.jpeg                         tb10.jpeg                   tb05.jpeg   

Le public est sous le charme, retenant son souffle, une sensation d’érotisme si oppressant que Océane s’y laisse submerger, ne se reconnaissant plus alors qu’elle se dévoile de plus en plus. Le charme est rompu lorsqu’au fond d’une autre salle, dans l’entrebâillement d’une porte, elle aperçoit Vanessa qui, en transe, le regard fixé sur elle, se masturbe avec une impudeur éhontée, un spectacle au réalisme érotique si fort

                                                   lk11.jpeg

que Océane en perd tous ses moyens. Eperdue, elle réalise avec effroi toute l’horreur de la situation et se rhabille avec hâte. Honteuse mais fascinée, elle jette un dernier regard à son amie, juste à l’instant où celle-ci disparaît sous plusieurs corps d’hommes et de femmes littéralement excités ; Océane a ainsi la certitude que les paroles de son amie n’étaient pas amplifiées et exagérées, et que celle-ci possède en effet un appétit sexuel démesuré. Perturbée par cette expérience, Océane s’enfuit comme une voleuse, ne pouvant en voir davantage tellement son trouble est grand. C’est son fiancé qui va en profiter, elle le réveille au milieu de la nuit pour des ébats torrides où elle ne se reconnaît plus, ardente et réceptive.

                          tb461.jpeg                                tb357.jpeg

Puis, ses désirs assouvis, reste évasive lorsqu’il cherche à comprendre ce qui lui est arrivée. Et, évidemment, le lendemain, lors d’une ronde tranquille, s’ensuit également un certain malaise avec sa partenaire. Vanessa rompt le silence pesant et crève l’abcès. Pour elle, sa vie privée ne doit jamais influer sur leur relation. Leur amitié compte énormément pour elle et elle ne supporterait pas l’idée de la perdre. Océane ne doit en aucune façon la juger et la rejeter pour ce qu’elle est. Après un moment de silence gêné, cette dernière reconnaît que tout cela est nouveau et dérangeant pour elle car la normalité et l’hétérosexualité sont des repères aussi forts que nécessaires pour son équilibre, et que de son vivant elle s’y accrochera de toute son âme. Ce sont ses croyances et ses certitudes, mais elle promet de faire preuve de souplesse et de tolérance pour la vie privée de son amie qu’elle accepte donc sans pour autant la comprendre. S’ensuit un débat passionné sur la normalité, et des éclats de rire qui brisent enfin la glace. Dans un excès de jovialité, Océane lui demande quels sont ses réels sentiments à son égard puisqu’elle connaît maintenant aussi ses penchants lesbiens. Vanessa, après un moment d’hésitation, reconnaît qu’elle la trouve très attirante et désirable, avec cette innocence plus émoustillante que tout, une innocence qui est un peu comme un fruit défendu auquel elle se délecterait bien jusqu’à plus soif. Alors que Océane devient rouge comme une pivoine, Vanessa part dans un fou rire incontrôlable en se moquant d’elle, affirmant qu’elle plaisantait et que seule son amitié compte le plus pour elle. Malgré tout, Océane reste songeuse et troublée, se demandant encore jusqu’à quel point son amie plaisantait. Elle ne peut effacer cette image de Vanessa se masturbant alors qu’elle se déshabillait, un acte qui pose de nombreuses questions. Etait-ce l’ambiance générale qui l’avait poussé à ce plaisir solitaire ou une réelle attirance  ? Une question qu’elle se posera davantage lorsqu’un soir, rejoignant son amie chez elle comme elles l’avaient prévues la veille, elle surprendra Vanessa en charmante compagnie avec une autre femme, lancée à corps perdu dans des étreintes torrides

     lk061.jpeg                        lk14.jpeg

où celles-ci utilisent un godemichet pour atteindre des orgasmes encore plus intenses.

                                            lk13.jpeg

A la fois choquée et profondément excitée, Océane reste un moment tétanisée, incapable de bouger, les jambes tremblantes, assistant pour la première fois de sa vie à un duo lesbien, et voyant aussi pour la première fois un godemichet et toute l’utilité que peuvent en faire deux femmes terriblement passionnées. Un instant, Vanessa tourne la tête et croise alors le regard d’Océane. C’est un regard bestial, chargé d’un érotisme si violent qu’il en est dérangeant, déstabilisant, déclenchant une forte tension et une réelle menace pour toute femme ne croyant qu’à l’hétérosexualité. Totalement désemparée, Océane s’enfuit précipitamment, et restera hantée toute la nuit par la puissance sexuelle de cet acte lesbien, si perturbée qu’elle fera encore l’amour à Julien, prenant les initiatives

                  

avec une frénésie désespérée, comme pour affirmer son hétérosexualité.

 

Le lendemain, furieuse, elle demande des explications à Vanessa, le pourquoi de cette scène à laquelle elle a assisté malgré elle alors que son amie savait très bien qu’elle devait venir la rejoindre ce soir même à son domicile. Vanessa prend un air coupable, reconnaissant ses torts, mais que la visite d’une amie libertine n’était pas prévue au programme et que leur envie l’une de l’autre lui a fait perdre toute prudence, au point d’en oublier leur rendez-vous. L’incident restera clos, elles n’en reparlerons plus jamais. Et surtout n’en auront guère le loisir car, le soir même, une ronde qu’elles effectuent ensemble tourne au drame alors qu’un voyou, pris de folie par une consommation abusive d’alcool, sort un pistolet et tire au hasard sur les passants. Les deux femmes interviennent, bloquant la rue avec leur véhicule pour isoler au maximum le tireur fou de la foule. Océane tente de raisonner le jeune homme, couverte par sa coéquipière qui, cachée à l’avant de la voiture, prend appui sur le capot pour mieux viser sa cible. Quand le voyou est pris d’un rire hystérique, levant son arme sur Océane, Vanessa est obligée de tirer. Hélas, avant de s’écrouler, le doigt du délinquant reste crispé sur la gâchette, lâchant un coup de feu mortel sur une innocente qui sortait d’un immeuble. Accusées à tort de bavure et lâchées par les hauts dirigeants de la justice, elles risquent d’être suspendues alors qu’une enquête interne est en cours. Seul leur chef direct les soutient et, pour les occuper et les maintenir en même temps à l’écart de tout danger, il leur confie la protection d’un comptable apparemment de petite envergure, prêt à dénoncer quelques patrons obscurs de la pègre. Une mission en apparence tranquille qui va vite tourner au carnage. L’appartement où elles se cachent avec leur témoin est brusquement pris d’assaut par des tueurs chevronnés qui, les neutralisant assez vite, prennent ensuite l’arme de service d’Océane pour tuer le comptable. Et repartent en prenant garde d’effacer toute trace de leur passage, libérant à la dernière seconde les deux policières totalement impuissantes. Les voilà donc maintenant accusées de meurtre, traquées par les forces de l’ordre. Elles sollicitent l’aide de leur patron qui, pieds et mains liés également sous la pression de ses supérieurs, ne peut rien pour elle. Toutefois, il leur précise que cette mission de protection devait être présentée comme venant de sa propre initiative alors que cela venait d’ordres supérieurs hauts placés. Puis, à son tour, il est assassiné. Hors la loi, les deux femmes-flics n’en continuent pas moins leurs investigations pour prouver leur innocence, comprenant après l’importance du comptable et les graves conséquences de son témoignage, impliquant les hautes sphères du pouvoir. Il en savait trop et avait en sa possession des documents extrêmement compromettants, d’où la nécessité de le réduire au silence. Ainsi, elles mettent à jour une énorme affaire de corruption dans les hauts rangs de la police, remontant jusqu’au préfet mouillé dans une sordide histoire de call-girls de luxe et de prostitution. Un terrible constat qui reflète finalement l’état d’une capitale corrompue, violente, impitoyable où certaines personnes au pouvoir ignorent la moindre idée de morale, de conscience. Elles vont jeter leur dévolu sur la femme du préfet, directrice d’une multinationale, qui à ses heures de loisirs s’offre les services des plus belles call-girls. Une aubaine et une opportunité que va saisir Vanessa qui est la personne idéale pour se glisser dans la peau d’une prostituée de luxe, prête à s’offrir aux envies lesbiennes de Maud Sacheri, la femme du préfet. Un petit sacrifice de sa personne qui la renvoie face à ses propres démons, sans tabou lorsqu’il s’agit d’assouvir ses appétits sexuels. Mais, ici, ses talents de séductrice vont sauver sa peau et celle de son amie, et servir leur pays, dans l’intérêt général. Quand le sexe sert la bonne cause, le devoir, Vanessa est plus que jamais motivée, prête à se plier à tous les caprices de Maud. Son plan est de la pièger, se servant d’elle pour avoir ensuite un moyen de pression sur son mari, le faire chanter pour récupérer tout dossier compromettant sur son implication dans le meurtre du comptable. En cas de refus, les photos de sa femme avec une autre femme, et leurs habitudes à payer les services de call-girls pour leurs besoins personnels, serait un scandale dont ils ne pourraient se relever. Un mal pour un mal. Evidemment, pour préserver Océane, celle-ci doit rester à l’écart, se contenter de prendre les photos, avec un petit appareil numérique discret mais performant. Ainsi donc, tout est prévu, un plan sans accroc. Vanessa, à peine arrivée sur les lieux, une villa somptueuse dans la banlieue sud de Paris, s’absente un instant sous prétexte de faire un brin de toilette. Elle en profite pour aguicher les deux agents de sécurité, les détournant de leur mission de surveillance pour entrouvrir à l’étage une fenêtre, laissant ainsi à Océane la possibilité d’entrer dans la demeure.

 TP288           tp288.jpg

 Puis, après, retrouve Maud pour lui dévoiler tous ses talents de libertine, une femme en pleine possession de ses charmes et de son savoir. Elles se délectent de flirter

 

lorsque Océane se penche sur la balustrade pour prendre quelques clichés compromettants,

 TP7982          tp7982.jpg

non sans avoir auparavant montré un temps de surprise.

 TP7419          tp7419.jpg

Vanessa prend apparemment son rôle très au sérieux, enflammant la femme du préfet bien plus que de raison.

 TP8100          tp8100.jpg                 tp6216.jpg  

Océanee en est si troublée qu’elle perd son sang-froid au moment où les deux femmes montent à l’étage, un moment de panique où elle se réfugie dans la seule pièce où elle ne sera pas en sécurité :  la chambre de Maud ! Une salle de bain atténuante où elle se cache précipitamment

 TP9554         tp9554.jpg

aurait pu la sauver du désastre mais, hélas, en jolie distraite incurable, elle fait tomber un produit de maquillage qui attire aussitôt l’attention de la femme du préfet. Qu’elle n’est pas la surprise de cette dernière en la découvrant dans sa salle de bain ! Et elle a du mal à retenir sa colère devant les explications incohérentes et vaseuses d’une jeune femme littéralement affolée et terrifiée qui s’enfonce dans le mensonge. Vanessa intervient, cherchant à sauver comme elle peut les meubles. Elle explique à Maud que cette jeune femme aussi jolie que maladroite est en vérité sa petite amie et, terriblement jalouse, celle-ci l’a apparemment suivie à son insu jusqu’ici, ignorant alors ses activités de call-girl. Une explication qui ne satisfait guère la femme du préfet, qui se demande surtout comment cette jeune et jolie écervelée a réussi à tromper la vigilance des hommes de sécurité pour parvenir jusqu’ici. Aussi, démontrant une perversité sans nom et une imagination débordante, elle les pousse à coucher ensemble puisqu’elles forment d’après leurs dires un vrai couple de femmes amoureuses ! Les deux femmes-flics se retrouvent ainsi prises à leur propre piège… Océane a réussi malgré toutes ses gaffes à dissimuler l’appareil photo. Leur seule priorité est maintenant de sortir d’ici saine et sauve. Un exploit difficile à relever alors que la femme du préfet, soupçonneuse, leur tend un piège, affirmant que le moindre refus de leur part les trahirait et qu’elle se verrait alors dans l’obligation d’avertir ses hommes de main pour des représailles lourds de conséquences ! Une menace qui fait son effet. Vanessa comprend vite qu’elles sont coincées et doivent donc user de ruse pour se sortir de ce guêpier dans lequel elles se sont enlisées. Evidemment, Océane a compris également mais se refuse à satisfaire les exigences de Maud, prétextant qu’elle se sent incapable de faire maintenant l’amour avec qui que ce soit, que le désir ne vient pas sur commande, de surcroît devant une tierce personne qu’elle ne connaît pas et qui pose ses conditions ! Elle n’aime pas qu’on dicte sa conduite, jouant la carte de la fierté outragée ! Vanessa, pour débloquer la situation, prend donc les choses en main, adressant discrètement à sa partenaire un clin d’œil à la fois complice et rassurant alors qu’elle la pousse vers le lit. Pour la rassurer, elle veut lui faire croire qu’elle maîtrise la situation, mais ce n’est pas elle qui dirige, un triste constat alors que Maud donne ses ordres et dirige les opérations avec autorité, saisissant Océane par la gorge pour parer toute rébellion.

TP1480           tp1480.jpg

La femme du préfet est une vraie dominante qui sait imposer ses désirs.

 TP2649          tp26491.jpg

Elle le manifeste avec fermeté en les obligeant à s’embrasser.

 TP1975         tp1975.jpg                        tp2390.jpg

Vanessa obéit. Elle a compris depuis longtemps qu’elles sont à sa merci et qu’un refus trop catégorique serait signer leur arrêt de mort. Elle cherche donc la bouche de son amie. Celle-ci ne répond pas à son baiser, mais elle demeure les lèvres légèrement entrouvertes et la langue de Vanessa a tôt fait de s’insinuer dans sa bouche. Affolée, Océane détourne le visage en prenant un air dégoûté,

 TP2216          tp2216.jpg

mais Maud l’oblige à se laisser faire. Penchée sur elles, elle surveille les opérations de prés.

 TP2390           tp2977.jpg

Rien ne lui échappe. Elle les encourage quand les deux femmes finissent par échanger un baiser qui, d’abord timide et hésitant, se fait plus ardent, plus savoureux, mêlant leurs langues et échangeant leur salive. Océane est totalement passive, comme pétrifiée, à la merci totale des deux femmes. Elle est trop estomaquée pour protester réellement, tétanisée par la surprise et la rapidité avec laquelle les deux femmes entreprennent ensuite de la déshabiller avec une dextérité qui confirme une grande expérience.

 TP3452          tp3452.jpg

Elles sont en terrain connu alors qu’elle est littéralement dépassée par les événements, aveugle et éperdue en milieu hostile.

 TP3913          tp3913.jpg

Vanessa tire sur les bretelles de son soutien-gorge pour dénuder ses seins qu’elle prend en bouche.

 TP4338         tp4338.jpg

Le trouble qui l’envahit est décuplé lorsqu’avec son autre main, elle prend un de ses seins et commence à le malaxer. Océane met quelques instants à reprendre ses esprits et à s’extraire du piège dans lequel elle est tombée. Car, dans cette mésaventure, elle est bien la seule et unique victime. Vanessa, elle, semble y prendre un plaisir aussi vif que sincère. Ses instincts ont pris le dessus, guidés par des désirs bien trop tumultueux pour y résister. Plus de manigance, de plan ou d’échappatoire. Plus de contrôle. Elle est seule face à deux femmes qui sont bien décidées à l’emmener jusqu’au bout de leurs envies, au point de non retour.  TP4440L’intensité avec laquelle tout se déroule l’effraie si brutalement qu’elle veut protester mais Maud étouffe ses protestations d’un baiser fougueux.

                 tp44401.jpg

C’est à peine si elle a conscience que sa partenaire s’est déshabillée, avec une telle hâte que leur bouche est toujours restée souder l’une à l’autre. TP5466             tp5466.jpg

 Dans un état second, elle se retrouve étendue sur le lit, collée à son a amie, peau contre peau, seins contre seins, sexe contre sexe. C’est un contact si doux, si brûlant, une explosion des sens auquel son corps répond avec une telle facilité, qu’elle comprend alors qu’elle est perdue. Perdant toute volonté, elle se laisse guider, livrée corps et âme, avouant sa défaite par des petits cris d’extase qui ne cessent de monter. Elle est leur objet, leur chose, un être éperdu et docile qui s’abandonne dans toute son impudeur. Pendant que toutes les deux se renvoient leurs bonds, s’enflammant et s’excitant de leur peau, de leur odeur,

 TP7423               tp7423.jpg 

Maud s’est déshabillée et enserre sa taille d’un gode-ceinture.

 TP5781              tp5781.jpg                             

Lorsque Océane l’aperçoit, retournée sur le dos et prise en sandwich par les deux femmes, elle est trop abasourdie et excitée pour émettre la moindre protestation.

 TP6838              tp6838.jpg

 Le gode appuie sur les lèvres vaginales pour qu’elles s’ouvrent naturellement. Elle sent le gadget s’agiter, sur les grandes lèvres, les petites lèvres, puis s’enfoncer millimètre par millimètre, s’insinuer en elle avec une lenteur exaspérante. Océane accueille le gode avec une voracité insatiable, l’aspirant au plus profond de ses entrailles, poussant des cris qui n’ont plus rien d’humain. Elle se cambre, roule du ventre,

 TP7488             tp7488.jpg

hurle, emportée par une vague de jouissance qui va l’engloutir avec une violence comme elle n’en a jamais connu. Mais là, avec un sadisme raffiné, Maud s’arrête de bouger, faisant durer le plaisir. Frustrée, Océane tourne la tête et embrasse goulûment Vanessa,

 TP7302          tp7302.jpg

un baiser affamé qui ne cesse de monter en intensité alors que Maud reprend lentement ses déhanchements, allant et venant dans le sexe d’Océane. Ses mouvements sont amples, puissants, absolument divins. Océane vibre alors de tout son être, au rythme d’une osmose à la fois douloureuse et vive, une extase sans non. Le plaisir irradie ses seins, son ventre, son sexe et même ses jambes qui deviennent incontrôlables. Elle délire, en proie à des sensations inconnues et si délicieuses qu’elle résiste pour ne pas jouir immédiatement. Elle voudrait que ce bonheur dure une éternité. Mais les baisers passionnés de Vanessa ont raison de ses efforts. Elle explose, avec une intensité jamais atteinte. C’est comme un rayon qui la traverse de part en part, la brûlant et charriant de la lave bouillante qui déferle de son sexe en feu. Au lieu d’être apaisée, elle a d’autres envies encore plus impétueuses, totalement docile lorsque Maud la met à califourchon, croupe relevée, pour s’installer confortablement entre ses jambes écartées. Elle enfonce délicatement le godemichet dans son vagin largement ouvert,

 TP-125763                tp125763.jpg

puis reprend ses déhanchements de façon impétueuse et cadencée, explorant ses entrailles, la pénétrant profondément, sans fatigue, sans baisse de rythme, cherchant à l’amener au-delà de ses possibilités et de ses désirs. Des efforts largement récompensés quand Océane ne peut se retenir plus longtemps et tremble de tout son corps quand l’orgasme atteint son point culminant. Elle pousse un cri déchirant, traversée par un autre orgasme plus fugace, entretenu par Vanessa qui ne cesse de couver son dos et ses fesses de baisers passionnés. Un échange de bons procédés quand c’est Vanessa qui accueille par derrière les assauts de Maud.

 TP-126067             tp125053.jpg

Océane attise le feu en ne cessant aussi de l’embrasser sur tout le corps, avide de chairs féminines et d’extase lesbienne.

TP-125053             tp126067.jpg

 

Prise dans un tourbillon, elle a l’impression de vivre un rêve alors qu’on la retourne encore et encore dans de nouvelles postures qui lui donnent le vertige.

TP-127945             tp127720.jpg          tp127945.jpg

Elle dévoile ensuite des aptitudes incroyables quand elle se plie corps et âme aux caprices de ses deux partenaires, anticipant leurs attentes.

 TP-130435TP-130704       tp3738.jpg

D’autres jouissances, plusieurs fois retenues, n’en sont que plus intenses, plus dévastatrices, relayées et partagées par des partenaires gourmandes et enfiévrées.

TP-133614              tp1301921.jpg                 tp130435.jpg                  tp133614.jpg

Une débauche de positions et de voluptés effrénées où les gémissements se mêlent aux bonds déchainés où les peaux brûlantes glissent l’une sur l’autre dans une danse endiablée. L’excitation atteint son paroxysme, des étreintes interminables…

 TP-133773            tp1365601.jpg

 où Océane poursuit l’exploration de féminité convulsive et pleine de vitalité dont l’expression amoureuse ne souffre d’aucune limite. Maud dévoile ainsi sa vraie nature, une femme décadente, impulsive et viscérale. Une fièvre érotique proche de l’hystérie, où tout est permis.

TP-136560

Si elle trahit une sexualité tourmentée, dont le seul but est d’avilir et de souiller l’innocence,

 TP-133773             tp133773.jpg

Vanessa dévoile au contraire des ressources d’ingéniosité et de tendresse, d’attention et de chaleur, dévoilant ses réels sentiments dans des baiser ardents, cherchant avidement sa bouche dans toutes les positions inimaginables.

           tp1301922.jpg             tp135697.jpg 

Mais Maud n’en sera pas autant délaissée, terrassée par de nombreux orgasmes.

TP-135122                                               tp135122.jpg

Et, anéantie, comblée, sera malgré elle touchée par la tendresse et la complicité de ses deux partenaires.

TP-135697                                               tp3104.jpg

Un acte d’amour qui n’échappera pas à Maud et l’influencera pour, de longues heures après, les laisser partir, certaine de voir là deux femmes amoureuses qui lui ont dit la vérité.

Quelques jours plus tard, Maud restera fidèle à ses convictions, forte et déterminée, ne cédant pas au chantage lorsque les deux femmes flics se rappelleront à ses bons souvenirs et la menaceront de publier les photos sur un blog. Mais c’est son mari, le préfet, qui va craquer. Cherchant à sauver l’honneur de se femme, adossé au pied du mur, il va mettre fin à ses jours après avoir dénoncé sur internet tous ses amis influents qui étaient impliqués dans cette sordide histoire. Un scandale politique qui va faire boule de neige, dévoilant toute la partie cachée de l’iceberg et éclaboussant d’autres partenaires indirectement concernés. Mais ce sont là des conséquences et des détails dont Océane et Vanessa se moquent littéralement. Blanchies, elles réintègrent leur poste avec les honneurs, mais là aussi ce sont des félicitations et un heureux dénouement professionnel qui leur importent peu. Tout ce qui compte, maintenant, c’est de vivre au grand jour leur amour, non pas un amour exclusif mais un amour qu’elles veulent partager et faire profiter en toute liberté.

FIN.

D’autres histoires ici :

436      ban

 

 

 

  17_nesa_tigresse

2 Réponses à “OCEANE”

  1. Nico66 dit :

    Encore une femme flic qui se laisse piéger par des lesbiennes en rut, et qui prend son pied dans un trio de furie, mais comment fais-tu pour écrire de si bonnes histoires ?

  2. Pat75 dit :

    Du délire, j’ai jamais été aussi excité, continue à nous faire fantasmer car j’adore ça !

Laisser un commentaire