La proie

photos2012autocollage10images.jpgEstelle, mariée à François et mère d’un jeune garçon, semble mener une vie idéale. Son mari se montre attentionné, son fils est adorable, elle mène une carrière sans histoire comme professeur des écoles. Fragile, émotive, elle aime se sentir sécurisée par une existence réglée comme du papier à musique, sans surprise… Ce bonheur bascule le jour où elle assiste, horrifiée et impuissante, à l’arrestation de son mari par la police. Anéantie, elle tente de comprendre, ne croyant pas aux accusations qui pèsent sur son mari : l’assassinat d’un haut diplomate algérien. Elle se bat pour la vérité, confrontée peu à peu au versant obscur de la vie de l’homme qu’elle croyait connaître… Mais le cauchemar ne fait que commencer lorsque des hommes de la DGSE la contacte, et c’est ainsi qu’elle apprend que François faisait partie d’un groupe d’agents secrets. En mission pour démanteler un réseau clandestin de trafic d’armes en Afrique du Nord, François menait une enquête délicate au sein du gouvernement français impliqué dans cette sale affaire, et s’est fait stupidement piéger par ses ennemis. La DGSE se retrouve pieds et mains liées, impuissante à faire éclater la vérité, par peur du scandale et des représailles. La seule solution consiste à récupérer une clef USB contenant des informations précieuses sur ce réseau clandestin de trafic d’armes, ce qui permettrait de confondre les politiciens corrompus et d’innocenter par la même occasion François. Désespérée, Estelle se laisse manipuler et accepte de mener une mission à haut risque : sauver son mari et, pour cela, séduire la personne qui détient la clef USB. Un jeu dangereux qui va remettre en question la vie bien rangée et maîtrisée d’Estelle, la détournant de ses certitudes hétérosexuelles alors que cette personne est une femme sournoise et perverse. Directrice d’une des plus grande banque privée, Agathe est une femme de poigne et de caractère, aussi dangereuse que manipulatrice, et habituée à satisfaire ses désirs sans la moindre retenue. Inconsciente et inexpérimentée, usant de sa jeunesse et de son charme, Estelle est une proie beaucoup trop facile, lâchée dans un mission qui va vite la dépasser. Jouant avec le feu en l’aguichant et la provocant, elle tentera au début de lui résister. Mais, dépassée par les événements, elle sera vite sacrifiée à la libido exubérante et volcanique d’une femme dominatrice qui va vite la plier à tous ses caprices.

 

 

Estelle resta immobile, essayant de contrôler les tremblements nerveux qui ne cessaient de la secouer. Même ses dents claquaient. Prés d’elle, la femme planta ses yeux dans les siens, la toisant avec sévérité. Blonde comme elle, un peu plus grande, elle était d’une beauté froide, la scrutant d’un air critique. Sa voix était aussi glaciale :

-   Vous êtes certaine de pouvoir accomplir cette mission ?

-   Oui

-  Vous voulez vraiment sauver votre mari ?

Au souvenir de celui-ci, emprisonné pour un meurtre qu’il n’avait pas commis, Estelle sentit sa raison vaciller.

  • Oui. Plus que tout. J’ai besoin de lui. Mon fils a besoin de lui.

Sa voix tremblait. La femme s’approcha d’elle.

  • Très bien. Alors déshabillez-vous.

Estelle, évidemment, parut réellement surprise. Mais le regard de la femme ne tolérait aucune objection. Estelle comprit alors qu’on testait sa détermination, un examen de passage pour juger son courage. Elle ne devait pas échouer. La survie de son mari en dépendait. L’avenir de sa famille en dépendait. Alors elle obéit, se mordant les lèvres en ôtant sa robe

qu’elle laissa tomber à terre, puis affichant un air farouche en dégrafant son soutien-gorge.

006.jpeg

Livide, elle croisa aussitôt les bras sur sa poitrine. Puis, avec hésitation, se sentit obligée de baisser les bras pour saisir l’élastique de son slip. Mais le courage lui manqua quand il lui fallu ôter celui-ci. Désemparée, elle quêta vainement du regard un soutien autour d’elle, accrochant le regard de la femme. Celle-ci restait imperturbable. Pourtant, elle arrêta son geste.

  • Stop ! Restez en slip.

Soulagée, Estelle demeura figée,

   066.jpeg                        07.jpeg

les cuisses collées et les mains étroitement serrées sur les seins. A contre-cœur, elle leva la tête et observa son reflet dans la glace. Elle s’obligeait à combattre son embarras, observant son propre corps qui, nu et indécent, s’offrait à ses yeux. Se voir ainsi était toujours pour elle source d’embarras, une gêne qu’elle traînait comme un boulet depuis son adolescence. Elle en connaissait l’origine. Ses parents, fervents catholiques aux traditions profondément ancrées, avaient exigé d’elle qu’elle soit à leur image, modeste, pudique, effacée. Sa mère l’avait élevée dans le respect d’une morale très stricte, l’avait dépouillée de toute vanité, de toute coquetterie, et Estelle, par amour, avait accepté le poids des traditions parce que cela lui semblait normal de se plier aux exigences de ses parents. Mais, secrètement, elle savait que cette rigueur serait provisoire, rêvant un jour de voler de ses propres ailes, de construire une vie de famille différente, plus moderne, de s’émanciper et se libérer dans les bras de celui qui serait son mari. François était donc le mari idéal, doux, prévenant, conciliant, lui laissant toute la liberté qu’elle voulait avec la plus grande confiance. Fou amoureux, il multipliait les preuves d’attention à son égard : bouquets de fleurs, billets doux, restaurants et repas aux chandelles, week-end en amoureux, tout lui était bon pour la surprendre et la gâter. Il était si attendrissant en ces moments d’abandon, si éperdu, si amoureux, qu’elle en éprouvait une réelle fierté : se sentir belle et désirable était le plus bel hommage qu’un homme puisse rendre à sa femme. Elle lui en était reconnaissante, se pliant au devoir conjugal alors que le sexe n’était pas dans ses priorités. Elle aimait cela, mais sans plus, n’éprouvant pas cette attirance qui affole, cette magie qui alimente et renouvelle le désir… Il y manquait la flamme, le petit plus qui faisait que c’était rarement le grand frisson, celui qui bascule et emporte tout… Des fois, elle se sentait emportée par un tourbillon vertigineux, se sentait prête à crier, à perdre toute pudeur, mais ses principes la retenaient, freinant ses pulsions. Ce n’était pas de la faute à François car il était un très bon amant, plein de patience et d’attention. Non, c’était de sa faute à elle. Son éducation rigide, bien qu’enfouie derrière elle, laissait des traces profondes et continuait d’exercer sur sa vie une influence redoutable. Elle se mettait des barrières, la peur de se laisser aller, de perdre le contrôle, car cela était contre sa vertu et ses principes… Mais tout cela n’avait aucune importance. Elle l’aimait de tout son cœur, prête à se sacrifier pour lui. Vivre sans François lui était insupportable, jamais elle ne pourrait se le pardonner s’il était jugé aux assises alors qu’il existait une solution pour l’innocenter. Alors que tout son univers s’était écroulé lorsqu’il avait été arrêté, elle connaissait maintenant l’effroyable vérité, l’incroyable et inattendue vérité, celle qui redonne avant tout espoir pour l’avenir. Alors que la femme blonde prenait ses mesures et notait tout sur un carnet,

 9755.jpg              39491.jpg

Estelle se souvenait de ce jour effroyable, lundi dernier, quand son mari avait été interpellé par trois policiers en civil, menotté comme un vulgaire gangster et amené sans ménagement dans une voiture banalisée. Pourtant, tout avait commencé comme une journée ordinaire… François, ingénieur en informatique, avait partagé son petit déjeuner avec sa femme et son fils. Comme tous les matins, c’était à lui de conduire ce dernier à l’école. Estelle, en retard, avait embrassé sa petite famille en coup de vent avant de monter dans sa voiture, pestant aussitôt lorsqu’elle s’était retrouvée bloquée derrière un tracteur qui bloquait le chemin. . Alors qu’elle se traînait sur la route, ses pensées se concentraient sur son mari, si distant et nerveux ces derniers jours… Sa tension était si palpable qu’elle en était mal à l’aise, dans l’incapacité de le faire parler alors qu’ils avaient toujours privilégié la communication dans leur couple. Profondément inquiète, Estelle avait été incapable, ce matin-là, de se concentrer sur son travail et de maintenir la discipline dans une classe particulièrement agitée. Et, au retour, cela avait été le début du cauchemar. Les policiers qui sortaient brusquement de leur maison, traînant de force François alors que leur fils s’accrochait à ses jambes, pleurant et criant, cherchant à retenir son papa qu’on lui enlevait. Puis la course incessante entre la gendarmerie et le cabinet d’avocat, entre le Palais de Justice pour les autorisations de visite à la Maison d’Arrêt… Une longue et éprouvante bataille auprès des autorités judiciaires et politiques pour découvrir la vérité. L’horreur, l’incompréhension, le désespoir, sa vie qui s’écroulait alors que les preuves s’accumulaient pour traîner son mari devant les Assises, coupable d’assassinat, le meurtre d’un diplomate dont elle n’avait jamais entendu parler… Les nuits blanches, son arrêt maladie, le début d’une dépression, une spirale infernale dans laquelle elle sombrait à une vitesse vertigineuse. Et, enfin, au bout du tunnel, une lueur d’espoir. La visite de deux hommes en costume sombre qui lui avait balancé une bombe en plein visage : François était un agent du gouvernement français ! A l’insu de ses proches, faisant croire à tout le monde qu’il était un paisible informaticien, François multipliait des missions dangereuses de contre-espionnage. En mission pour démanteler un réseau clandestin de trafic d’armes en Afrique du Nord, François menait une enquête délicate au sein du gouvernement français impliqué dans cette sale affaire. Infiltré auprès de hauts fonctionnaires de l’état, son enquête l’avait lancé sur les traces d’un membre influent de l’aristocratie française, proche des plus hauts politiciens au pouvoir : Agathe de La Salle. Apparemment trop proche de la vérité, au moment même où il comptait récupérer une clef USB contenant tous les secrets de cette vaste opération illicite, ses ennemis l’avaient piègés en s’arrangeant pour l’accuser d’un meurtre dont il était totalement innocent. La DGSE se retrouvait pieds et mains liés, impuissante à faire éclater la vérité, par peur du scandale et des représailles. La seule solution consistait à reprendre la mission de François et récupérer cette maudite clef USB, ce qui permettrait alors de confondre les politiciens corrompus et d’innocenter par la même occasion son mari. Estelle n’avait pas alors hésité, s’accrochant à la perche que les hommes du gouvernement lui avait tendue : démanteler la filière et confondre Agathe de la Salle. Et voilà comment Estelle, femme rangée et sans histoire, épouse comblée et mère de famille, se retrouvait plongée au cœur d’un gigantesque complot international, recrutée par la DGSE pour une mission à haut risque.

Mais avant de devenir un membre opérationnel, elle devait s’instruire au sein même d’un lieu secret d’entraînement de la DGSE… Un entraînement accéléré car le temps était compté… D’urgence, elle avait juste eu le temps de confier son fils à ses beaux-parents, prétextant un rendez-vous secret avec des membres influents du gouvernement qui pourraient lui apporter des conseils avisés.

Ses pensées revinrent au présent. La femme blonde continuait toujours de prendre ses mensurations, ne cessant de parler, comme quoi les apparences étaient primordiales, le bon goût et la sophistication nécessaires pour les besoins de sa mission. Elle parlait comme si elle était un médecin, avec des yeux sans expression, des yeux faits pour enregistrer, analyser avec un détachement clinique. Du moins, au début… Au fur et à mesure qu’elle se dévoilait dans son plus simple appareil, ce regard qui la parcourait lentement, comme l’objectif d’une caméra, la prenant toute entière dans son champs, semblait furtivement voilé d’un trouble indéfinissable. Lorsqu’elle la fixait ainsi, Estelle faisait un terrible effort pour soutenir ce regard sans broncher. Cette femme était réellement bizarre. Elle s’appelait Christelle Laloy, agent de formation au sein de la DGSE. Sa spécialité était l’art de la séduction, du paraître, comment sublimer la féminité pour mieux tromper son monde. Elle connaissait parfaitement son métier. Elle aimait les femmes, leur beauté, et savait mettre en avant tous les signes distinctifs de leur sensualité. Pour donner l’exemple, elle s’absenta un court moment pour se changer, mettant en pratique cette vision lascive de la mode en portant elle-même une tenue osée et sexy, tout de noir vêtue, avec un décolleté aussi profond devant que dans le dos. Svelte, aux formes sensuelles, dégageant une aura sulfureuse malgré sa froide apparence, Christelle était à ne pas en douter une très belle femme qui savait se mettre en valeur. Ce qu’elle comptait bien apprendre à son élève… Ainsi, au début, elle lui fit essayer toutes sortes de vêtements, les plus sexy et les plus audacieux. Mini-jupe, robe longue de soirée, pantalon en cuir, rien ne lui était épargné, à partir du moment que cela transcendait la féminité. A chaque essayage, Estelle se sentait horriblement mal à l’aise en s’observant dans la glace. Christelle tentait de la motiver, lui redonnant confiance dans son pouvoir de séduction. Elle ne comprenait pas sa timidité et sa maladresse, malgré elle époustouflée devant sa beauté. Estelle était admirablement proportionnée, svelte et élancée. Plus grande, elle aurait pu faire carrière comme top-model sans aucun souci. Christelle le lui dit tout de suite et Estelle rougit de plaisir. Mais, sans se départir de sa réserve prudente, elle restait toujours sur ses gardes. Elle n’avait pas confiance en cette femme. Dans le centre de formation, ses mœurs étaient bien connues : Christelle préférait les femmes et ne s’en cachait pas. Peu importe… Après tout, cette femme faisait ce qu’elle voulait en dehors du boulot. Elle était ici en tant que professionnelle, pour lui enseigner des méthodes efficaces qui serviraient plus tard ses desseins. Aiguillonnée par cette certitude, Estelle baissa un moment sa garde, osant une attitude à la fois provocante et farouche. C’est comme si elle était métamorphosée… D’un coup, elle pétillait d’un naturel désarmant, elle semblait se libérer totalement,

0071.jpeg

 une véritable tornade de fraîcheur et de spontanéité, dont le charme opérait divinement. Mais son audace fut de courte durée. De nouveau, devant une robe trop moulante qui dévoilait outrageusement ses seins, elle osait à peine lever les yeux sur son reflet. Christelle devinait là les conséquences d’une éducation puritaine, ce que confirmait le dossier qu’elle avait auparavant épluché avec minutie. Elle avait du boulot en perpective… Maintenant, le plus difficile restait à faire : lui faire essayer des sous-vêtements affriolants. Evidemment, à sa question, Estelle lui avoua ne jamais mettre des strings. Christelle prit un air désapprobateur et faussement maternel.

- Là, la situation est grave. Il faut vraiment que je te prenne en main, il y’ a toute une éducation à refaire ! Allez, au boulot !

Elle lui présenta toute une série de sous-vêtements, de la marchandise de qualité, des dessous chics pour femmes au top de la séduction, des femmes qui n’ont pas froid aux yeux pour revendiquer leur féminité. Elle lui choisit un modèle, se détourna un moment alors qu’Estelle l’essayait nerveusement. Quand elle se retourna, Christelle en eut le souffle coupé, comme si on lui avait balancé un magistral coup de poing en plein ventre. Estelle était littéralement craquante en body-string couleur mauve, au soutien-gorge triangle, et porte-jarretelles en stretch plus foncé.

 04.jpeg

Mais cela passa en second plan. Dans un autre ensemble rose fuchsia, elle réussit à combattre sa timidité, pivotant sur elle-même en faisant voleter ses cheveux. 3098.jpeg

Puis, simplement vêtue d’un string rose plus pâle, les seins nus, s’efforçant de sourire, elle joua l’insolence et l’espièglerie d’un air faussement décontracté.

 s011.jpeg

034.jpeg

 

 Christelle la mangeait des yeux, dans l’incapacité d’en détourner le regard. Estelle était splendide. Ses seins étaient petits, mais arrogants. Ses fesses étaient aussi agressives, bombées et fermes, son ventre plat, ses jambes fuselées à la perfection, le tout avec cette peau dorée, éclatante de santé et de vitalité, qui transcendait avec délicatesse chaque forme affriolante. C’est d’une d’une voix faible et extasiée qu’elle murmura :

- Femme- enfant, mi- ange mi- démon, si innocente et perverse à la fois…

En effet, Estelle devenait une troublante lolita, ingénue et voluptueuse. Comme encouragée par sa contemplation, elle s’enhardit dans une autre lingerie, les mains sur les hanches, prenant des poses lascives, et s’amusant de se dépasser dans la provocation et l’effronterie.

Christelle était sur des charbons ardents, prête au viol tandis que cette blonde sublime l’aguichait involontairement. Elle était sous le charme, réalisant avec trouble que cette jeune femme dégageait quelque chose d’inhabituel. Divinement sexy dans d’autres sous-vêtements, elle était à la fois farouche et insolente, vulnérable avec son regard un peu vacillant, cette expression presque apeurée que démentait une lueur enflammée… On avait envie de la protéger, de la réconforter, et surtout de la consoler dans des câlins qui étaient tout sauf innocents… Elle était auréolée d’une sorte de détresse et de pureté qui inspirait des sentiments bien troublants. L’envie de la corrompre, la pervertir… C’était extrêmement fort et dérangeant. En y songeant, Christelle avait de plus en plus chaud, et c’est à grand effort de volonté qu’elle réussit à se détacher de sa contemplation.

  • Très bien, vous pouvez vous rhabiller maintenant…

Soulagée, Estelle allait récupérer ses vêtements lorsque la voix de Christelle claqua comme un fouet.

  • Non, pas ces haillons dans lesquels vous êtes venus. C’est ceci que vous devez mettre.

Saisie d’une terreur nouvelle, elle s’exécuta. Elle ne comprenait pas l’utilité de mette un corset aussi indécent, avec bas et porte-jarretelles, le tout complété par de longs gants en soie. C’est à peine si elle entendit la voix de Christelle :

  • Bien, maintenant, parlons de votre mission. De ta mission, si cela ne te dérange pas si je te tutoie. Au lit, t’es comment avec les hommes ?

La question prit Estelle par surprise.

Elle n’en crût pas ses oreilles. Elle se sentait défaillir, rougissante jusqu’à la racine des cheveux. Elle s’appuya au rebord d’une armoire et balbutia d’une voix éteinte :

 

  • Je… Je ne comprends pas ce que vient… vient faire cette question dans…

Christelle la coupa sèchement.

- Mes questions ne sont pas anodines… Tu comprendras plus tard. Alors réponds. Tu es plutôt du genre délurée, extravertie, ou pudique et réservée ?

 

  • Je ne sais pas moi… Je crois que je suis normale… Enfin, je…
  • Bon, on ne va pas y passer la nuit. Si tu es une bombe sexuelle au lit, c’est un atout supplémentaire. Par contre, dans le cas contraire, on lancera le programme avec prudence, en douceur, sans te brusquer…
  • Ah ? Je suis alors plutôt dans la seconde catégorie…
  • Timide et réservée, je m’en doutais… Ta pudeur saute aux yeux comme le nez au milieu du visage. Bon, en général, tu as combien d’orgasmes ?
  • Je… Deux, dans le meilleur des cas…
  • Bien. T’es clitoridienne ou vaginale ?
  • Les… les deux, répondit-elle en baissant les yeux.
  • Yahoo ! J’adore ça ! Encore plus de possibilités pour plus de plaisir… C’est excellent ! Malgré ta timidité, j’ai senti un feu secret qui brûle en toi.
  • Si vous le dites.

Estelle recula d’un pas alors que la femme blonde s’avançait vers elle. Les questions étaient tout à fait révoltantes. Elle rassembla son courage et, prenant une attitude défensive, demanda :

  • Vous êtes vraiment obligée de me poser toutes ces questions ? C’est très intime.

Le regard implacable de l’agent instructeur plongeait dans les yeux verts égarés, imposant leur volonté.

  • Contente-toi de répondre. Clitoridienne et vaginale… Voilà qui laisse rêveur… Et tu te satisfais seulement de deux orgasmes ? Mais je suis étonnée ! Les filles comme toi ont d’habitude beaucoup plus d’orgasmes ! A mon avis, c’est ton mari qui ne sait pas exploiter tout ton potentiel érotique !
  • C’est faux ! François est un amant extraordinaire ! Je suis une femme comblée !
  • Bien, si tu le dis… Il te prend pas derrière ?
  • Bien sûr que…oui. ! Enfin, non. C’est faux, ça il le fait pas… Et c’est parce que je ne le veux pas non plus !
  • Bien sûr. Et il lui arrive d’utiliser des gadgets ?
  • Des gadgets ?

Excédée, Christelle se cabra et sa voix devint cinglante :

- Oui, ne fais pas l’idiote. Des sex-toys quoi !

  • Quelle horreur ! Pour quoi faire ?
  • Tu ne peux pas imaginer le nombre de femmes qui adorent ça, qu’elles soient hétéros ou homos d’ailleurs…
  • Je… non, jamais je n’ai utilisé ce genre… ce genre de trucs.
  • Tu lui fais des fellations au moins ?
  • Oui, ça je le fais !
  • Tu rougis. Regarde-moi dans les yeux.
  • C’est vrai… Juré craché ! Mais pas très souvent…

Estelle enfouit son visage dans ses mains et fondit en larmes. Impitoyable, Christelle commenta :

  • Et uniquement pour lui faire plaisir j’imagine. Sinon tu t’en passerais bien…

Estelle avoua en sanglotant :

  • Oui, c’est vrai, je n’aime pas trop ça…
  • Tu as connu combien d’hommes avant lui ?
  • Deux. Et je n’ai couché qu’avec un seul avant de connaître François. Lui et moi étions très jeunes lorsqu’on s’est rencontré. C’est l’homme de ma vie.
  • Génial ! Voilà qui fait rêver. Bref, tu n’as aucun expérience, ce qui veut dire qu’il y’a du boulot en perpective…
  • Mais on peut avoir beaucoup d’expériences avec un seul partenaire !
  • C’est cela… Toujours le même homme dans son lit, le même sexe, la même peau, les mêmes baisers, les mêmes caresses… Arrête, je suis au bord de la déprime là… Surtout s’il ne fait qu’un dixième de ce qui est possible entre un homme et une femme ! Tu parles d’expérience ! Sur le chiffre soixante neuf, le pauvre n’a pas dépassé la dizaine.
  • Je… ce qui compte, c’est l’amour, l’osmose !
  • Le retour de Blanche Neige ! ironisa Christelle d’une voix sifflante. Enfin, ta naïveté fait tout ton charme, c’est déjà ça…

Elle n’alla pas plus loin dans la cruauté. Elle sentait qu’elle devenait trop brutale et que la jeune femme ne se remettrait pas de ses émotions.

  • Cessons de parler des hommes pour l’instant. Ils sont ignorants dans bien des domaines et sont indignes d’intérêt…

Elle avança vers elle d’un air protecteur, saisissant au passage un paquet de kleenex qu’elle lui tendit. Estelle en saisit un d’une main tremblante et s’essuya les larmes. Maintenant, Christelle lui parlait d’une voix douce et onctueuse.

  • Nous sommes entre femmes, alors parlons justement des femmes… A ce sujet, une dernière petite question embarrassante : justement, as-tu déjà couché avec une autre femme ?

Les yeux d’Estelle s’écarquillèrent de surprise. Blême, elle en bafouilla :

  • Non, non… Bien sûr que non. Jamais de la vie !
  • Et un simple flirt avec une fille ?

Estelle cacha de nouveau son visage entre les mains. D’une voix étouffée, elle murmura, derrière cet écran protecteur :

  • Bien sûr que non… C’est contre-nature ! Mais pourquoi cette question ?
  • J’y viens, j’y viens… Si cela devait arriver, par obligation, pour un besoin de survie, ou pour la patrie, serais-tu prête à envisager une telle relation ? Pourrais-tu jouer la comédie ou faire semblant d’aimer le sexe entre femmes ?
  • Je ne sais pas… Je ne me suis jamais posée la question…

Sa voix s’étrangla dans sa gorge. Que pouvait-elle dire de plus ?

  • Et si c’était pour sauver ton mari ? Si une telle relation était indispensable pour la réussite de ta mission, pour innocenter l’homme de ta vie, hésiterais-tu toujours à le faire ?

Estelle secouait la tête d’un air indécis. Elle s’efforçait de réfléchir, de se rendre utile, mais elle ne pouvait imaginer une telle situation. Coucher avec une autre femme ? Elle avait si peu d’expérience avec les hommes, si peu d’audace, que l’idée de faire ça avec une fille était complètement aberrant et illogique… Mais si la survie de son mari en dépendait… Elle releva la tête et affronta le regard de Christelle.

  • Je pourrai essayer, oui… Je suis prête à tout pour sauver mon mari. Même faire semblant…
  • A la bonne heure. Voilà justement où je voulais en venir… On t’a déjà parler de Mlle Agathe de La Salle, propriétaire de la banque la plus puissante de France. Et son implication dans l’affaire qui nous intéresse… Cette précieuse clef USB en sa possession… Et c’est justement là que tu interviens, ma jolie…

A la fois horrifiée et fascinée, Estelle observait le visage attentif qui l’examinait avec des yeux pétillants de malice. Les lèvres pulpeuses et humides s’entrouvrirent, d’une manière presque obscène. Estelle avait peur de comprendre et, résignée, écoutait la suite.

  • C’est une mission qui sort de l’ordinaire, un jeu de séduction plutôt particulier… Il s’agit de tomber amoureuse. D’une femme. Voilà, c’est tout.

Même si elle s’y attendait, Estelle en resta sans voix. La bouche de Christelle arbora une moue sensuelle et ravie. Elle jubilait :

  • Et, le plus important, qu’elle aussi tombe amoureuse. Folle amoureuse… Suffisamment pour t’ouvrir ses bras, son lit, sa maison, et que tu puisses t’approcher au maximum de tous ses petits secrets et de la fameuse clef USB.
  • Je… Je ne savais pas que cette femme était lesbienne…
  • Peu le savent… Mais nous avons un dossier complet sur elle que je te transmettrai plus tard et que tu devras étudier avec la plus grande attention. Déjà, je vais te préparer une élégante garde-robe qui sera un premier atout pour la séduire. Puis tu y rencontreras cette femme. Si tu lui plais, c’est elle qui viendra à toi. C’est une séductrice redoutable, pour ne pas dire une prédatrice de premier ordre. Les femmes qui ont succombés à ses avances sont tombés sous son emprise, transies d’amour, pâmées et follement accroc… Pourquoi ? Personne ne le sait. On peut imaginer que cette femme est une excellente amante, à la science infinie, experte dans l’art de l’amour lesbien. Peu importe… Tout ce que tu dois faire, c’est te laisser prendre dans ses filets. Et être suffisamment douée pour t’attirer des faveurs bien au-delà de ses espérances, la surprendre et la surpasser dans des limites quelle n’a pas l’habitude de connaître…

Estelle leva sur elle un regard abasourdi.

  • Attendez, je peux faire semblant, ce qui est déjà beaucoup… Mais de là à adorer ce genre de trucs entre filles et paraître une lesbienne volcanique, c’est pousser le bouchon un peu trop loin…
  • C’est pour cela que je suis ici. Pour compléter ta formation, te préparer soigneusement à cette opération. Je vais t’initier à certains usages raffinés et particuliers, l’art de séduire et envoûter sexuellement une autre femme, tout ce qu’elles attendent de ce genre de relations…

Avec la souplesse d’une chatte langoureuse, elle se rapprochait en même temps.

Estelle avait du mal à analyser ce qu’elle venait d’entendre, comme si son cerveau le refusait. Paralysée, elle restait plantée là, indécise, en proie à un égarement presque pathétique. Christelle se colla à elle, lui communiquait son désir.

Son hésitation l’exaltait, cela était cent fois plus excitant qu’une femme qui cédait trop facilement.

- Laisse-toi faire, lui dit-elle.

Estelle restait debout. Christelle l’observait en silence, fascinée. 27694.jpg

Bon sang, comme cette jeune femme était craquante ! Ses grands yeux verts étaient en parfaite harmonie avec le doux ovale de son visage, ses traits étaient sensuels, pimentés par une bouche chaude et généreuse. Ses cheveux blonds comme le blé rebondissaient sur ses épaules, luisants, comme animés d’une vie propre, avec la même vitalité qui semblait émaner de tous les atomes de son corps. Ainsi vêtue de lingerie sexy, elle alliait grâce enfantine et insolence. Le corset prés du corps mettait admirablement en valeur sa taille souple et évasée mais, surtout, dévoilait la longueur interminable des jambes fuselées.

Estelle se révolta faiblement :

- Attendez, il y’a peut être d’autres moyens…

Christelle, la gorge sèche, la fixait intensément avec un sourire énigmatique.

  • Non, aucune échappatoire n’est possible. Prends cela pour un test indispensable. Tu dois être prête pour cette mission…

Elle continuait de la défier du regard en s’approchant. Elle ne souriait plus. Estelle semblait hypnotisée, tremblante de la tête aux pieds. Enfin, elle se ressaisit, recula d’un pas, bredouilla :

  • Tout cela est-il vraiment nécessaire ? Je peux jouer et user de mes charmes sans… sans être obligée d’aller jusqu’au bout… Le moment venu, faire preuve d’initiative et de ruse pour la tromper et… et…

L’émotion lui coupa la parole. Christelle resta tout prés d’elle, sans la toucher. Ses lèvres s’étaient entrouvertes, mais elle ne l’embrassa pas tout de suite, savourant pleinement cet instant. Elle lui susurra au creux de l’oreille :

  • Ne sois pas naïve… Agathe a cinquante ans, c’est une femme accomplie à la sexualité débridée. Une vraie croqueuse de femmes, avec l’instinct du prédateur, et elle va détecter ta peur et tes mensonges si tu n’es pas préparée à cette mission. La moindre erreur et elle va se méfier. C’est cela que tu veux ? Tout faire rater par simple pudeur déplacée ? Laisser pourrir ton mari en prison par ce que tu préfères te cloîtrer dans ta dignité et ta vertu ?

Estelle ferma les yeux deux à trois secondes, comme pour digérer l’information et les conséquences de sa rébellion. Christelle en profita pour l’effleurer davantage. Estelle recula encore mais elle se retrouva coincée dans un angle, contre un buffet.

12382.jpg

Elle ne bougeait plus, pétrifiée, interdite. Doucement, Christelle l’enlaça, lui clouant les bras aux cotés, la tenant à sa merci. Sa voix était suave lorsqu’elle lui souffla prés de l’oreille

- Tu es tellement désirable… C’est là toute ta force. Tu es très jeune, très naïve, et terriblement séduisante… Agathe va tomber sous ton charme et va vouloir faire de toi tout ce que je vais t’apprendre… L’entraînement commence, ma douce…

Christelle maintenait sa prise en l’attirant à elle.

Estelle gémit. Christelle dardait une langue pointue entre ses dents, la passant lentement sur la bouche avant de l’embrasser avec application. Elle enroula aussitôt la langue autour de la sienne, exigeant une réponse, mais Estelle se laissa faire, sans y répondre, essayant de lutter contre la panique. Elle finit par tourner la tête avec un petit soupir rebelle. En même temps, elle réussit à dégager ses mains, les croisant sur sa gorge nue, dans un ultime geste de défense.

14508.jpg         14270.jpg

Christelle ne se laissa pas décourager. Elle repartit à l’attaque, frottant sa bouche sur les lèvres pleines et fraîches, se laissant griser par ce délicieux contact. Elle baissa la tête, lui embrassant goulûment la gorge, les épaules,

13759.jpg

avant de revenir vers la bouche. Comprenant que la jeune femme n’était pas encore prête à se soumettre, elle lui prit la main avec fermeté et la tira vers le lit.

15898.jpg

Estelle lui résista, refusant d’avancer, mais les conséquences de son refus lui revinrent brusquement à l’esprit, et ce fut les jambes tremblantes qu’elle se laissa guider vers le lit. Pourtant, elle céda à l’affolement lorsqu’elle réalisa que, lorsqu’elle serait étendue sur ce lit, elle y serait définitivement vulnérable, perdue et offerte aux perversions de cette femme. Elle se raidit, glacée d’effroi en s’allongeant sur le dos. Ses poings se serrèrent d’un bloc lorsqu’une main se posa à plat sur son sexe, par dessus le string. 17399.jpg

Elle émit un hoquet d’angoisse, cherchant à se redresser. Mais Christelle lui ordonna alors d’une voix sans appel :

  • Embrasse-moi si tu ne veux pas que ma main se glisse plus loin !

La menace fit son effet. Estelle émit un petit sanglot nerveux et, brusquement, tendit ses lèvres.

17553.jpg

Elle ne se déroba plus lorsque Christelle prit possession de sa bouche. Sa langue était douce, agile et insistante, sa bouche souple et fruitée. Estelle en fût surprise, persuadée de ressentir du dégoût devant un tel contact. L’effet était électrisant, et elle se laissa enivrée par ce goût parfumé, faisant durer malgré elle le plaisir. Après tout, c’était loin d’être désagréable, un baiser innocent qui n’irait sans doute pas plus loin.. Si elle se montrait docile, sans doute la leçon se terminerait-elle plus tôt que prévu, et c’est sur cet espoir qu’elle décida d’y participer timidement. Leurs langues s’entremêlèrent donc dans un baiser d’abord indécis, sage, que Christelle se dépêcha d’activer sur un chemin plus brûlant, plus ardent, 18328.jpg

l’affolant de circonvolutions exquises qui firent monter leur désir de plusieurs degrés.

19969.jpg

Estelle s’y laissa emportée,

119776.jpg

s’accrochant à elle comme une noyée. Christelle profita de son consentement pour avancer ses mains vers son décolleté, effleurant sa peau nue juste au-dessus. Estelle poussa un petit cri désespéré lorsque son corset, tiré vers le bas, dévoila le bout de ses seins qui, brusquement vulnérables, se tendaient en pointes érigées. Pour étouffer ses plaintes, Christelle lui glissa une langue vorace dans la bouche.

131101.jpg

Leur baiser reprit, plus brûlant, plus audacieux, au rythme endiablé que Christelle lui imposait avec toute la science dont elle était capable. Estelle se tendit en arc de cercle, se tortillant comme un vers, lorsque la bouche féminine venait de descendre, glissant sur son menton, embrassant sa gorge tendrement, tandis qu’une main se refermait sur son sein, le caressait sournoisement. Elle laissa échapper une sourde plainte, se crispant brusquement. De ses deux mains, Christelle caressait maintenant la superbe poitrine, passant lascivement ses doigts sur les bouts qui se dressaient instinctivement sous la caresse. Les assauts étaient si rapides, si sournois et raffinés, que Estelle n’arrivait pas à les contrer, prise de court à chaque attaque. Elle poussa un cri de surprise lorsque la bouche se mêla au jeu, sursautant de plaisir, ouvrant grands les yeux avec consternation alors que des ondes de chaleur la submergeaient délicieusement. Les forces semblaient l’abandonner…

120701.jpg

Tandis qu’elle lui picorait le bout des seins,

23631.jpg

Christelle ne cessait d’observer ce splendide corps qui, lisse et velouté, avait des reflets dorés, à la fois beau et émouvant, comme une offrande. Elle sentait la jeune femme troublée d’une curiosité nouvelle, partagée entre l’envie fougueuse de se laisser faire et celle de lui résister. Le corps à moitié nu était secoué de frissons, la chair était hérissée, comme torturée d’une exaspération charnelle qui la faisait chavirer du coté de la tentation. Christelle l’épiait à travers ses longs cils, elle était aux aguets, brûlante de la même fièvre, dans l’attente d’un signe ou d’une faiblesse pour lui porter le coup de grâce. Elle ignorait si la jeune femme jouait la comédie, cherchant à réussir son examen de passage, mais son instinct la trompait rarement, des signes qui laissaient supposer une défaite rapide : son expression hébétée et avide, sa respiration de plus en plus forte, ses yeux trahissant l’égarement d’un désir primitif. Non, elle en était certaine, la jeune femme était une proie qu’elle avait presque vaincue. Elle força la chance à se redresser, nouant ses bras autour du cou de Estelle pour l’emporter avec elle. Puis, vivement, elle entreprit de laisser dépasser ses seins du soutien-gorge. Estelle se sentit bouleversée en voyant bondir vers son visage les deux melons libérés de leur entrave. Cette femme avait des seins réellement superbes : haut placés, d’un galbe et d’une rondeur parfaits, tout gonflés de désir. Les globes se terminaient par de larges aréoles légèrement proéminentes, ce qui leur donnait l’aspect de fruits mûrs. Emerveillée, Estelle ne savait plus comment réagir, ses yeux éperdus parcouraient tout son buste, scrutant ses formes splendides, plongeant dans la vallée profonde qui séparait ses deux melons épanouis qui, tels deux obus, semblaient la viser, finissant de la troubler. A faire semblant de se montrer consentante, elle réalisait avec effroi qu’elle prenait un chemin dangereux qui risquait de se retourner contre elle. A son corps défendant, tout ce qui se passait avec cette femme était divinement agréable, et seule sa volonté lui permettait de garder encore la tête froide. Mais pour combien de temps encore ? Si cela allait trop loin, elle devrait y mettre un terme. Pour l’instant, mue par une soudaine impulsion, elle s’empara d’un sein,

124980.jpg

parce qu’elle se doutait que c’était la chose à faire, ce qu’attendait d’elle l’agent instructeur. Ainsi, elle entreprit de malaxer le sein avec vigueur tandis que sa bouche se mettait à téter le mamelon fièrement dressé de l’autre globe.

25401.jpg

Christelle gémissait de plaisir, l’encourageait à continuer.

  • Oh ! Oui, continue, fit-elle, exaltée.

Estelle lui obéit. Elle ne savait plus trop si c’était par soumission ou une réelle envie, mais elle se mit à lécher les globes frémissants à grands coups de langue. Ses seins gonflaient littéralement tant ils étaient tendus vers ses caresses, tant ils aspiraient à être triturés, malaxés, pétris. Estelle, en réalisant brusquement qu’elle y prenait goût, se figea, freinée par un sursaut de conscience. Pour l’emporter de nouveau vers les affres du désir, Christelle lui saisit le visage entre ses deux mains, l’embrassant aussitôt avec fougue. Estelle y répondit, mais avec moins d’ardeur. Ses états d’âme reprenaient le dessus. Furieuse, Christelle la bascula sur le dos, la chevaucha, frottant son entre-cuisse d’un long mouvement du bassin sur les longues jambes parfaitement galbées dont elle pouvait, sous elle, apprécier la finesse des lignes et les muscles divinement dessinés sous la peau douce et soyeuse. Un contact qui l’excitait incroyablement alors qu’elle continuait de s’y appuyer, se déhanchant dans un mouvement obscène. Trop abasourdie pour réagir, Estelle la laissa faire, réfléchissant encore sur le comportement à adopter. Elle se fit toute molle, ne comprenant pas où se situait le plaisir à se frotter ainsi l’une contre l’autre… Cette accalmie lui permettait de reprendre ses esprits, de réfréner ces sensations étranges qui l’avaient un moment déroutée. Elle sentait le poids des seins contre sa poitrine, la peau blanche vibrer et onduler souplement tout contre elle, et, alors qu’elle ne s’y attendait pas, une douce et insidieuse chaleur commença à l’envahir, lui donnant la chair de poule, le feu aux joues, la respiration courte… Voilà que cela la reprenait… C’était incompréhensible ! C’était horrible, mais ce contact était délicieusement aphrodisiaque ! De cette chair frémissante et satinée montait des effluves frais et sensuels, une odeur terriblement enivrante qu’elle aspirait à pleins poumons. C’était comme une bouleversante alchimie qui s’emparait de tout son corps, de toute son âme, affolant ses sens d’une exquise brûlure. Estelle prit peur et la repoussa légèrement pour la regarder avec inquiétude et curiosité . Mais Christelle, ignorant son regard suppliant, était trop occupée à onduler sur elle de souples mouvements du bassin, comme cherchant à s’incruster dans elle, à ne faire qu’une… Pas de toute, cela dépassait de loin la relation de prof à élève ! L’agent Christelle se laissait dépasser par ses émotions, et s’excitait réellement de la situation… Après tout, à quoi aurait-elle dû s’attendre en connaissant d’avance les mœurs de cette femme ? Son cœur noble se laissait toujours guider par de purs sentiments, elle ne voyait jamais le mal, et sa stupide naïveté venait de la plonger dans un sacré pétrin ! Brusquement, elle eut du mal à se concentrer sur ses pensées… Le contact de plus en plus étroit et fougueux de cette femme en chaleur se frottant sur elle devenait insistant et terriblement érotique. Estelle se mordit les lèvres pour ne pas gémir, mais elle ne pouvait retenir malgré elle des râles alors que la femme mettait encore plus de vigueur à glisser sur elle, à la pénétrer de son désir bouillant, à lui communiquer son énergie sexuelle, frottant leur pubis alors que leur string semblait soudainement présenter une maigre protection. Estelle résista de toutes ses forces contre cette onde de désir qui semblait prendre possession de son corps, l’irradiant d’une douce et traître chaleur.

 

 24370.jpg             24774.jpg

Son souffle s’accélérait et c’est tout son corps qui ondulait à présent, renvoyant les bonds de la femme, propulsant son pubis dans une parodie de mime sexuelle. Alors que la poitrine de la blonde s’appuyait sur son visage, que les bouts tendus se pressaient sur ses lèvres, cherchant à être caressés, Estelle fut surprise de prendre l’initiative en les prenant d’elle-même dans sa bouche,

 23877.jpg

les suçant, les aspirant, répondant à ses attentes alors qu’elle ne lui avait rien demandé. C’est comme si son corps échappait à tout contrôle, suivant d’instinct un chemin dangereux dans lequel il semblait renaître et s’épanouir. Cette constatation la terrifia, la propulsant entre incompréhension, horreur et excitation. Le goût du péché avait quelque chose de terriblement délicieux, avec une libido brusquement enfiévrée qui semblait s’enfoncer dans un continent de voluptés interdites.

 26585.jpg       26410.jpg

Elle ne se reconnaissait plus, elle la sage et raisonnable épouse, la craintive et responsable maman, la femme engluée dans son sens profond des convenances ! Désemparée, elle laissait échapper de petits gémissements étouffés, luttant contre cette fulgurante marée incandescente qui charriait de la lave bouillante dans ses veines, dans tout son corps. Le plaisir qui montait était si intense, si dévastateur, qu’elle cria de surprise,

26987.jpg

éperdue, exaltée. Elle réalisa avec effroi qu’elle était au bord de l’orgasme, et un orgasme d’une telle violence qu’elle risquait d’en perdre la raison. Non, elle ne pouvait pas ! C’était odieux, une aberration sans nom ! Elle était une hétérosexuelle convaincue, mariée, mère, et elle s’accrocha de toute son énergie à cet amour qui les liait tous les trois… Cela porta ses fruits. Ce fût comme une douche glaciale qui bloqua soudainement toutes ses ardeurs, un brusque sursaut de volonté qui lui permit d’échapper à cette voluptueuse emprise.

 

- Christelle, stop !

C’était un cri d’alarme et de révolte. Elle se redressa, la repoussa, 29595.jpg

s’habilla avec une telle hâte qu’elle en perdit un moment l’équilibre. Elle se précipita sur la porte, l’ouvrit et jaillit dans le couloir. Soudain, ses nerfs la lâchèrent. Elle s’en fut désespérément, les larmes aux yeux, les mains aux oreilles, pour ne pas entendre les ordres de cette femme lui hurlant de revenir. Mais il n’en fut rien…

 

 

Assise devant son ordinateur, Christelle écrivait un résumé de l’entretien quand un homme de haute taille entra dans la pièce. Elle ne leva même pas le regard, toujours concentrée sur son compte-rendu. L’homme s’assit sur un fauteuil, croisant les jambes d’un air détaché.

    • Alors, notre jolie oie blanche est-elle prête à perdre quelques plumes ?
    • Elle est très attirante, répondit Christelle avec malice. Elle a la candeur et l’innocence d’une jeune femme extrêmement sexy et troublante, avec suffisamment d’ambiguïté pour tromper et émouvoir celle qui se laissera charmer. Son côté prude et ingénue est très agaçant et surtout très excitant. Je ne pense pas que Agathe y résiste très longtemps. 

 

    • Elle fera donc parfaitement l’affaire ?
    • Elle est pudique, sentimentale et conformiste, ce qui ne joue pas en sa faveur pour cette mission. Elle n’est pas vierge, mais ses sens ne sont pas réellement éveillés, sa sexualité est indécise, immature, avec des envies qui ont du mal à s’exprimer… Mais…
    • Mais ?
    • Mais j’ai détecté chez elle un terrible potentiel érotique, un pouvoir sexuel extrêmement puissant qu’elle-même ignore… Des pulsions enfouies que seule une femme peut éveiller et exploiter dans toute sa démesure.

L’homme fit une grimace salace, exprimant une satisfaction rusée.

      • Une lesbienne refoulée ? C’est excellent ça, cela sert nos desseins à merveille…
      • Sans doute… Ou une bisexualité qui s’ignore… Cette fille est une bombe à retardement, et ce n’est apparemment pas son mari- ou un autre homme- qui a trouvé le détonateur. Si on la jette dans les bras de Mm de La Salle, celle-ci va n’en faire qu’une bouchée, elle va la dévorer toute crue ! La pauvre Estelle va lui exploser littéralement dans les bras …
      • Tant mieux. Si Agathe s’entiche de cette fille, c’est une chance inespérée. La réussite de cette mission repose sur leur attirance et leur partie de jambes en l’air. Elles peuvent baiser comme des chiennes en chaleur toute une semaine, c’est autant d’occasions pour Estelle de gagner sa confiance, son amour, et des confidences sur l’oreiller… Elle aura tout le temps nécessaire pour récupérer la clef USB, c’est parfait…
      • Et les conséquences ? Estelle est profondément hétérosexuelle pour l’instant, sentimentale et bourrée de valeurs. Si elle va jusqu’au bout d’une relation sexuelle avec Agathe, et si elle adore ça en plus, elle peut ne pas assumer ses nouvelle orientations sexuelles, se détester et sombrer dans la déprime ou la folie. C’est là un lourd fardeau et de lourdes remises en questions qu’elle ne pourra sans doute pas supporter !

L’homme éclata de rire, repoussa les objections d’un geste agacé.

      • Et alors ? C’est le cadet de mes soucis ! Cette fille peut virer lesbienne ou nymphomane comme elle veut, à partir du moment où elle accomplit sa mission… Je n’ai pas de temps pour les considérations morales. Si elle doit se sacrifier pour la bonne cause, que ce soit par amour ou par patriotisme, peu importe… Seul le résultat compte… Maintenant, nous devons régler quelques détails avant de lancer l’opération en toute sécurité.
      • Très bien… Je vais donner les instructions nécessaires pour accélérer le programme. Dans trois jours, Estelle sera opérationnelle.
      • Parfait. Et ne vous occupez plus de son instruction intime… Laissons intacte cette pureté qu’elle a en elle. C’est son innocence qui fait tout son charme, Agathe va adorer cela. Laissons faire la nature… Si vous avez détecté chez elle des envies trop longtemps enfouies, Agathe est une femme suffisamment mature et experte pour les découvrir et les réveiller… Ne gâchons pas son plaisir…
      • Bien… Je ne m’occupe que des leçons de séduction alors…

L’homme lui répondit en acquiesçant légérement de la tête. Il se leva et sortit sans bruit.

 

 

Suite au prochain épisode…

 

 

 

Le vice contre la vertu…

La perversion contre l’innocence…

Entre les deux femmes, ce sera une guerre sans merci, où tous les coups sont permis pour soumettre l’autre à sa volonté…

Un combat d’un érotisme inouï…

Se jetant dans la gueule du loup, Estelle va vite affronter la fougue et les appétits démesurés d’une femme redoutable.

Puisant ses forces dans son amour pour sa famille et ses convictions hétérosexuelles, Estelle va résister corps et âme, se débattant comme une naufragée qui s’accroche à la raison, perdue dans un tourbillon d’émotions qu’elle ne peut accepter… s12961.jpg

Mais c’est sans compter sur l’impétuosité et l’acharnement d’Agathe.Celle-ci va tenter de l’immerger dans son monde, entre voluptés et licences effrénées, là où plus aucune frontière n’existe…

 

     s45671.jpg                          s47580.jpg

Déterminée à réveiller chez sa partenaire des pulsions trop longtemps enfouies, elle va user de toutes ses armes pour briser ses défenses et la révéler à sa vraie nature. s45762.jpg

 

Laisser un commentaire